décembre 18, 2023

Meet our People – Jean-Christophe Precoma, TRM à Visp, Brig et Sierre

Jean-Christophe Precoma est technicien en radiologie médicale chez Affidea depuis 2018. Il travaille dans les centres de Brigue, Viège et Sierre. Âgé de 57 ans, il vit en Valais non loin de Sion. Il voue une passion pour le trail, un sport de course à pied qui demande une bonne condition physique et un entrainement régulier. Ainsi la famille, le sport et un mode de vie équilibré sont des valeurs qui lui tiennent à cœur afin de pouvoir vivre pleinement et sainement sa passion.

Depuis quand pratiquez-vous votre passion ?

Ayant toujours aimé et pratiqué des activités sportives, j’ai débuté la course à pied il y a 6 ans environ à un moment très compliqué de ma vie. Cette activité m’a permis de ne pas sombrer dans la dépression. J’ai fait le choix d’enfiler des baskets plutôt que d’avaler des médicaments. Lorsque vous courez, votre corps libère des endorphines, également connues sous le nom d’hormones du bonheur. Ces substances chimiques naturelles procurent une sensation de bien-être et m’ont aidé à soulager le stress, l’anxiété et la dépression. La course à pied est aussi un excellent moyen de libérer le stress accumulé. Elle m’a permis de m’évader des soucis quotidiens et de me concentrer sur mon corps et ma respiration. Cela m’aide à me détendre et à me sentir plus calme.

Les premières sorties sont toujours difficiles, mais il faut être patient, persévérer et tout devient beaucoup plus facile. La course à pied est un sport exigeant qui nécessite de la discipline et de la persévérance. En me fixant des objectifs et en les atteignant, j’ai développé ma résilience mentale. Cela peut aider à faire face aux difficultés de la vie quotidienne et à surmonter les obstacles avec plus de facilité. Puis, selon les personnalités, et c’est mon cas, vient l’envie de se tester sur une compétition. La course à pied m’aide à me sentir mieux dans ma peau en me permettant d’atteindre mes objectifs personnels. Chaque fois que je bats un record personnel ou que je termine une course, je renforce ma confiance et mon estime de moi. Ainsi j’ai débuté avec des petites courses locales. L’année suivante, j’ai fait mon premier marathon à Genève. Ensuite, tout va très vite, l’envie est venue de faire plus et de tester mes limites, sur des courses toujours plus longues et difficiles.

La course à pied est aujourd’hui nécessaire à mon bien-être. Elle m’a transformé physiquement et mentalement.

Qu’aimez-vous particulièrement dans ce sport ?

Chaque trail est une nouvelle aventure !

Un ultra-trail est une course à pied de très longue distance qui se déroule généralement en pleine nature, sur des sentiers de montagne ou des terrains accidentés (terrains techniques et dénivelés importants), de jour et de nuit. Ces courses sont extrêmement exigeantes sur le plan physique et mental, car elles demandent une grande endurance, une résistance aux conditions météorologiques difficiles et une capacité à gérer la fatigue et la douleur. Les participants doivent être autonomes en termes de ravitaillement et de matériel. Des zones de ravitaillement sont organisées pour pouvoir se nourrir, s’hydrater et également se reposer. Ces courses sont des défis personnels ou les coureurs cherchent à se surpasser et atteindre des objectifs personnels, plutôt que de viser une place sur le podium.

Il est tellement difficile d’expliquer comment on peut trouver du plaisir à courir des chemins de montagne pendant plus de 100 km et avaler une quantité de côtes équivalentes à la hauteur de l’Everest. Pourtant c’est mon cas, ce genre d’épreuve m’a permis de découvrir des lieux magnifiques et surtout de me découvrir. Comme je le dis souvent, on ne se réveille pas un matin en se disant que l’on va aller courir un ultra, c’est un rêve qui devient une réalité au cours des entrainements et des épreuves. Au départ, il y avait la volonté de terminer un marathon, puis de faire un peu plus, sur des chemins de montagne avec du dénivelé, puis l’envie de tester mon corps au-delà des 100 km, puis de m’engager sur des ultra-trails que je n’imaginais pas pouvoir terminer un jour. J’ai fait de nombreux sacrifices dans ma vie pour y parvenir, mais les bienfaits en retour en valent mille fois la peine. Il faut du courage, de la folie, un brin d’inconscience pour se lancer dans une telle aventure. J’aime savoir que sur ces chemins, je vais rencontrer le bonheur, la souffrance, la résilience, le doute, le courage, la peur, l’euphorie, la faim, la soif, la fatigue, tant de sentiments très forts en si peu de temps. Une vie tout entière en quelques heures. Apprendre à gérer toutes ces émotions qui se succèdent demande aussi un apprentissage. Ne pas craquer lorsque son corps n’en peut plus, ne pas se décourager quand la ligne d’arrivée est encore loin, trouver en soi des ressources insoupçonnées. Rigoler des hallucinations qui vous gagnent par manque de sommeil, se forcer à s’alimenter quand plus rien ne passe, garder à l’esprit tous les efforts accomplis pour en arriver là, lever la tête et contempler des paysages magnifiques, franchir une ligne d’arrivée en étant fier de n’avoir rien lâché. Ce sport m’a rendu différent, je me connais, je connais mes forces et mes faiblesses, je n’ai plus peur d’affronter mes peurs, je sais de quoi je suis capable physiquement et mentalement. Si au départ, aller courir était une échappatoire, une bouée de sauvetage, c’est devenu une philosophie de vie.

Comment alliez-vous sport et vie professionnelle ?

La préparation à un ultra-trail nécessite de nombreuses heures d’entrainement. Pour ma part, je m’entraîne minimum 5 jours par semaine en alternant les sorties longues et les sorties courtes. En 1 année, cela représente 3’800 km de course à pied avec 130’000 m de dénivelé positif. Pour concilier vie professionnelle et préparation d’une saison d’ultra-trail, j’essaie tout d’abord d’établir un plan d’entrainement réaliste en fonction de mon emploi du temps. Travaillant à 100 %, je m’entraîne principalement le soir après le travail et le week-end. Je dois parfois faire abstraction des conditions météorologiques. Ce genre d’organisation implique souvent de faire des compromis et de renoncer à des activités sociales et à d’autres engagements pour pouvoir m’entrainer. L’alimentation et le repos sont également des facteurs importants qu’il faut gérer au quotidien. Je mange et dors autant que possible à des heures régulières afin de garder un bon niveau d’énergie pour faire correctement mon travail et atteindre mes objectifs sportifs. Parfois, reprendre le travail, le lendemain d’un ultra-trail n’est pas simple, mais jusqu’à aujourd’hui c’est quelque chose que je gère étonnamment assez bien. Le soutien de mon entourage et de mes collègues est également important, leurs encouragements sont une source de motivation. Les ultra-trails peuvent être suivis en direct par mes proches, nous sommes équipés de trackers GPS qui permettent de suivre notre position et notre classement, des vidéos sont aussi disponibles en direct à certains points de passage. Trouver un équilibre entre vie personnelle, vie professionnelle et sportive est difficile, je m’accorde quand même du temps pour me détendre et me ressourcer pour faire face aux hauts et aux bas qui surviennent tôt ou tard pendant la saison.

Pouvez-vous nous parler de vos résultats sportifs ?

Quels que soient mes résultats obtenus à ce jour, ma principale satisfaction est d’avoir pu jusqu’à aujourd’hui terminer tous mes trails. Dans ma catégorie, je me place régulièrement dans les 10 premiers.

Saison 2022

–       10e du Swiss Canyon Trail (Couvet, Suisse), 112 km, 5’550 m D+, en 17:52:34

–       4e de la MXAlps (Montreux, Suisse), 72 km, 5’070 m D+, en 13:06:10

–       10e de la TDS by UTMB (Chamonix, France), 147 km, 8’700 m D+, en 35:12:12

Saison 2023

–       8e de l’ultra-trail des Païens by UTMB (Obernais, France), 108 km, 4300 m D+, en 16:59:13

–       10e du Lavaredo ultra-trail by UTMB (Cortina, Italie), 120 km, 5800 m D+, en 21:37:36

–       8e de la X-Traversée by UTMB (Verbier, Suisse), 78 km, 5200 m D+, en 17:24:04

–       7e du Wildstrubel by UTMB (Crans-Montana, Suisse), 113 km, 6600 m D+, en 22:23:27

 

Quels sont vos objectifs ?

Mon principal objectif est toujours d’être finisher des ultra-trails dans lesquels je m’engage. Le classement est secondaire. Les premiers sont véritablement des extra-terrestres avec des capacités extraordinaires. Cependant, dans ma catégorie d’âge : Vétéran II (50-59 ans), j’espère pouvoir continuer de figurer dans le top 10.

En 2024, je suis qualifié pour les World Series Finals de l’UTMB, qualification obtenue grâce à mes résultats sur les courses UTMB en 2023. Cette qualification était le but ultime de ma saison.

Je participerai également à une autre course prestigieuse dans le monde du trail : La Diagonale des Fous.

Pour me préparer à ces deux courses extrêmement difficiles, je prendrai le départ d’autres trails tels que :

–       Trail des Païens by UTMB en Alsace, 108 km, 4’300 m D+

–       Le Swiss Canyon Trail à Couvet, 111 km, 5’550 m D+

–       Le marathon du Mont-Blanc, 90 km, 6’800 m D+

–       La X-Traversée by UTMB à Verbier, 78 km, 5’200 m D+

Comment vous préparez-vous aux ultra-trails ? Parlez-nous des deux trails que vous allez faire l’an prochain et que représentent-ils pour vous ?

L’UTMB et la Diagonale des Fous sont deux courses emblématiques dans le monde du trail running et elles représentent des défis ultimes. Participer à ces courses demande une préparation physique et mentale intense ainsi qu’une solide expérience préalable. Ces courses m’offriront l’opportunité de me mesurer à des parcours exigeants, de repousser encore plus loin mes limites et de vivre des moments inoubliables dans des paysages magnifiques. Je considère que participer et terminer ces courses sera un accomplissement majeur dans ma vie sportive et personnelle.

Pour me préparer à ces deux événements majeurs, j’ai choisi de me faire accompagner durant ma préparation physique par un coach. Celui-ci est en charge de la planification de mes entrainements et de mes courses, afin d’atteindre mon pic de forme pour ces deux compétitions majeures. Jusqu’à ce jour, j’ai fait selon mon ressenti, en privilégiant la quantité des entrainements au détriment de la qualité. Il m’aide ainsi à structurer mes entrainements de manière optimale, en incluant des séances de course, de renforcement musculaire, de récupération et de prévention des blessures, en me donnant des conseils sur l’échauffement, les étirements, la récupération, la prévention de surmenage. Cette approche est nouvelle pour moi et me permet de découvrir de nouvelles façons de m’entrainer efficacement sans m’épuiser.

 

UTMB : La référence dans l’univers du trail – 30 août 2024
Créée en 2003, l’UTMB est la course de trail running la plus mythique et la plus prestigieuse au monde. 171 km et 10’000 m de dénivelé positif pour faire le tour du Mont-Blanc en traversant l’Italie, la Suisse et la France. Une course unique qui a su transcender la pratique du trail et s’imposer comme une épreuve iconique, mondialement reconnue.

Quel que soit le temps pour arriver au but, de moins de 20 h à plus de 46 h, les coureurs élites comme les milliers d’amateurs partagent la même aventure sur les mêmes parcours d’exception, portés par l’étourdissante beauté des paysages et un objectif commun : franchir l’arche d’arrivée à Chamonix. Bien plus qu’une course, c’est une aventure dont chacun sort transformé et grandi.

S’élancer en courant autour du Mont-Blanc, c’est avant tout vivre une aventure de transformation, une expérience unique où chaque participant devra puiser dans ses forces et repousser ses limites mentales et physiques pour franchir la ligne d’arrivée.

Ce périple extraordinaire au cœur du massif permet de traverser vallées et cols au contact des plus beaux sommets, dans un décor alpin unique au monde.

Participer ou assister, c’est vibrer au rythme de la planète trail et partager une fête extraordinaire au cœur d’un territoire investi pour l’occasion.

Chaque année, 2’000 bénévoles provenant de 15 pays différents, ainsi que les 18 communes françaises, italiennes et suisses du Pays du Mont-Blanc œuvrent au succès de l’événement et soutiennent les coureurs de l’UTMB Mont-Blanc. 20’000 supporters viennent encourager leurs proches et plus de 50’000 spectateurs visitent le salon et participent aux animations dans tous les villages du Pays du Mont-Blanc.

Il est possible de suivre l’événement et les différentes courses partout dans le monde grâce aux réseaux sociaux actifs tout au long de l’année, et en direct grâce à UTMB Live.

La Diagonale des Fous : Un défi de fous – 17 octobre 2024

La Diagonale des Fous est le principal ultra-trail organisé par l’association Grand Raid sur l’île de La Réunion, département d’outre-mer français dans l’océan Indien. Cette course est organisée au mois d’octobre et est réputée pour être l’une des plus difficiles au monde dans sa catégorie. Son départ est donné dans le sud de l’île, à Saint-Pierre. Les concurrents commencent la course par une ascension du massif du Piton de La Fournaise, volcan actif. Ils poursuivent leurs efforts dans les cirques, pitons et remparts classés au patrimoine mondial de l’UNESCO en traversant aussi le Parc national de La Réunion.

 

Articles Liés

3 résultat(s)

novembre 23, 2021

Meet our people

Découvrez le parcours de Fabienne Bertron, TRM Cheffe auprès du centre de radiologie Affidea CDRC à Carouge. Diplômée depuis 20 ans en tant que technicienne en radiologie médicale (TRM) au CHU de Caen en Normandie, j’ai rapidement émigré vers la magnifique région genevoise au carrefour de l’Europe. Riche de splendides paysages entre lac et montagne, […]

septembre 23, 2021

Meet our people

Interview Marilyne Unternaehrer et Alexandra Probst – Cheffes TRM pour Affidea Givision – Bulle et Givisiez. Pourriez-vous vous présenter ? Nous sommes Maryline et Alexandra et travaillons en tant que techniciennes en radiologie chez Affidea depuis de nombreuses années.  Nous avons repris le poste de responsables TRM en job-sharing et sommes très enthousiastes de cette collaboration. […]

décembre 7, 2021

Meet our people

Francine Kohli, Responsable administrative des centres Affidea CIS et CIV, nous raconte ses années chez Affidea.  Mon attraction naturelle pour le domaine médical m’a conduit à suivre une première formation d’employée de commerce en milieu hospitalier, puis une seconde en tant qu’assistante-médicale en clinique. En avril 2001, j’ai débuté ma carrière au poste de secrétaire […]