Imagerie et diagnostics précoces : les meilleures armes contre Alzheimer

Imagerie et diagnostics précoces : les meilleures armes contre Alzheimer

05/04/2018

Interview du Professeur Sven Haller – radiologue et neuro-radiologue, Affidea CDRC (Genève) –, président du collège des directeurs médicaux Affidea Suisse.
Le Professeur Haller est un expert internationalement reconnu des maladies dégénératives. Il a reçu plusieurs distinctions pour ses travaux de recherche en la matière.

interview réalisé par Jean Jiboule de Mediaplanet

Détecter Alzheimer

Il faut consulter le médecin de famille ou un spécialiste – neurologue, psychiatre ou gériatre –qui dirigera le proche du patient vers les premiers examens à réaliser. Alternativement, il existe des centres spécialisés pour les troubles de la mémoire, appelés «Memory Clinics». Dans un premier temps, l’imagerie médicale peut aider à exclure d’autres pathologies, par exemple une hydrocéphalie à pression normale. Si l’imagerie est effectuée dans un centre dédié (protocole IRM spécifique), elle peut contribuer au diagnostic spécifique et précoce d’une démence dont la maladie d’Alzheimer est la forme la plus fréquente. Il convient d’identifier les tout premiers signes de
neurodégénération – notamment une atrophie au niveau de l’hippocampe et une altération de l’irrigation du cerveau en sang – signes distinctifs de la maladie.


Quel est le rôle de l’imagerie médicale dans ce diagnostic?


Elle joue un rôle essentiel. C’est ce qui va nous permettre d’analyser le cerveau sous de nombreux angles. On commence avec l’IRM à haut champ (IRM 3 Tesla) qui permet de voir précisément la structure du cerveau incluant l’hippocampe (image IRM 1). Les séquences récentes permettent de visualiser la perfusion du cerveau, qui est souvent plus précoce que l’atrophie (image IRM 2). En outre, des séquences de susceptibilité magnétique de haute résolution permettent un diagnostic différentiel, notamment la démence à corps de Lewy. Ensuite, pour certains cas, nous utilisons le FDG-PET (image FDG 3), une technique de médecine nucléaire permettant de mesurer le  métabolisme du cerveau, soit la consommation en sucre (énergie), qui signifie activité du cerveau. Cette technique est complémentaire à l’IRM. Ainsi, s’il y a des signes d’atrophie en IRM et des signes d’altération métabolique en FDG-PET, on peut estimer qu’il y a un risque élevé de développer une maladie d’Alzheimer. Ce cas de figure illustre pourquoi il faut parfois avoir recours à plusieurs techniques d’imagerie afin de correctement diagnostiquer la maladie. Enfin, L’AMYLOIDE PET (image AMY 4) est une
technologie récente qui détecte l’accumulation d’amyloïde dans le cerveau, un facteur essentiel de la maladie d’Alzheimer visible plusieurs années avant l’apparition des premiers symptômes cliniques. Pour finir, le DaTScan est une autre technique moléculaire qui peut être utile dans des cas spécifiques, notamment la démence à corps de Lewy.

Le développement de cette dernière technique pourrait-il aider à traiter la maladie avant qu’elle ne devienne irréversible?
Oui, car l’important est de diagnostiquer la démence le plus tôt possible avant que les neurones soient irréversiblement dédommagés car après il est trop tard. Jusqu’ici, la vaste majorité des tests cliniques ont été faits sur des patients chez qui la maladie était à un stade accru. Si la maladie est avancée, il est peu probable qu’un médicament
puisse revitaliser ces neurones dédommagés; donc les résultats cliniques seront forcément négatifs.

Récemment, il nous est apparu essentiel de faire des tests le plus tôt possible pour ralentir la progression de la maladie; cela implique un diagnostic précoce. L’imagerie tient un rôle essentiel. Pour la première fois, depuis l’année dernière les chercheurs ont réussi à trouver des anticorps contre l’amyloïde. Pour ce traitement, un amyloïde
PET a donc été indispensable pour détecter cette dégénérescence Aujourd’hui, il n’existe aucun traitement pour traiter la maladie à la racine; donc ce diagnostic précoce est très important pour des nouvelles études cliniques. Par ailleurs, de manière très simple le style de vie et certains aliments comme la caféine, le chocolat, et la pratique du sport peuvent ralentir la progression d’Alzheimer. L’effet de ces mesures est évidemment modéré, et c’est encore un argument de plus de faire le diagnostic le plus tôt et le plus précis possible afin d’avoir le temps de réagir.

 

Nous offrons un accès rapide aux examens dans la région de Fribourg, Genève et en Valais..

Comment se déroule un examen?


Toutes les réponses à vos questions à propos de l'IRM, du CT scanner, de l'échographie, de la densitométrie des radiographies et plus encore…